Toutes les religions sont-elles bonnes? Réponse de Mgr Charles Gibier.
En-tête 1 du site de la revue En Route. En-tête 2 du site de la revue En Route.
En-tête 3 du site de la revue En Route.
sommaire_general

 

 

Retour haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour haut de page

Toutes les religions

sont bonnes

J'aborde une objection courante, qui ne semble pas méchante, et qui cependant mérite les anathèmes de la raison et de la foi. On dit : « Toutes les religions sont bonnes. » Nous allons étudier cette expression en apparence inoffensive, et y découvrir une sottise, une impiété, un expédient et un aveu.
 

  TOUTES LES RELIGIONS
SONT BONNES

C'est une sottise car c'est affirmer que le oui et le non, le pour et le contre sont également bons, également vrais.

Deux historiens qui écrivent, l'un que Napoléon 1er est mort en 1821, l'autre qu'il est mort en 1823, ne peuvent avoir raison tous deux, vu que Napoléon n'a pu mourir à deux dates différentes. De même à cette question : Jésus-Christ est-il Dieu ? Oui, dit le catholique. Peut-être, répond un protestant avancé. Non, dit un juif. C'est un prophète comme Mahomet, ajoute un Turc. Ils ne peuvent pas tous avoir raison.

Voyons. Tout homme pourrait en conscience adorer Bouddha avec les Hindous, Sérapis avec les égyptiens, Moloch avec les Carthaginois, Teutatès avec les Gaulois, Jupiter avec les Grecs et les Romains ?...

Tout homme pourrait en conscience croire en Dieu ou nier son existence, croire à la divinité de Jésus-Christ ou la rejeter, croire à l'origine divine de l’Église ou s'en moquer ? Mais ce serait la plus palpable des contradictions et la plus grossière des énormités !... Le simple bon sens nous dit que nous ne pouvons admettre l'identité du vrai et du faux, que nous ne pouvons mettre sur le même pied et saluer d'un hommage égal le catholicisme avec ses gloires immaculées, le protestantisme avec ses patriarches immoraux, le mahométisme avec ses harems et son fatalisme abrutissant, le bouddhisme avec ses honteuses superstitions.

Vous alléguez peut-être qu'entre tant de religions, il est difficile de reconnaître la véritable. Qu'est-ce que cela fait ? Si, pour me libérer d'une dette, je vous présentais une pièce de 5 F en plomb qui n'a pas de valeur, ou une pièce de 5 F démonétisée qui ne vaut que 3 F 75, en vous disant : « Toutes les monnaies sont bonnes  », vous trouveriez la plaisanterie mauvaise, et vous me diriez avec raison : « De ce qu'il y a de la fausse monnaie, il ne s'ensuit pas qu'il n'y en a pas de bonne. » Ce serait folie de dire : « Toutes les monnaies sont bonnes. »

Or il est également insensé de dire : « Toutes les religions sont bonnes. » Si on le dit par ignorance ou par étourderie, c'est une simple sottise. Et si on le dit par indifférence et par mépris, c'est une sottise doublée d'une impiété.
 

  TOUTES LES RELIGIONS
SONT BONNES

C'est une impiété. Dieu est le Maître. Donc il n'est pas permis de dire que toutes les religions sont bonnes. Il n'y a, il ne peut y avoir de bonne que la religion que Dieu a instituée, c'est-à-dire les dogmes qu'Il a révélés et que nous devons croire, la loi qu'Il a promulguée et à laquelle nous devons nous conformer, le culte qu'Il a établi et qui est pour nous obligatoire. En-dehors de cela que reste-t-il ? Des religions de fantaisie que Dieu réprouve et que la conscience n'a pas le droit d'accepter.

Dieu est juste et sage. Donc il n'est pas permis de dire que toutes les religions sont bonnes. On demandait à Pope comment il s'était fait tant d'amis. Il répondit : « Au moyen de ces deux axiomes : Tout est possible. Tout le monde a raison. »

C'est trop. On ne peut pas tout approuver. Or, si toutes les religions étaient bonnes, Dieu approuverait en même temps des vérités et des erreurs. Il aurait le même sourire de bienveillance pour le calviniste qui se moque de la Présence réelle et pour le catholique qui adore l'Eucharistie, pour le paganisme qui autorise la polygamie et le divorce et célèbre des mystères infâmes, et pour le christianisme qui exalte la virginité et prescrit l'unité et l'indissolubilité du mariage. Dieu dirait au juif, au chrétien, à l'indien " païen ", au mahométan : « C'est bien, vous avez tous raison. » Un pareil Dieu ne serait ni juste, ni sage, ni saint. Il ne serait pas Dieu.

Dieu est bon. Donc il n'est pas permis de dire que toutes les religions sont bonnes. Dieu, qui est la bonté même, n'a pas pu rendre introuvable et inaccessible à l'homme la vraie religion. Il a dû donner à la vraie religion, à la religion catholique, des preuves à l'infini, et des preuves éclatantes, populaires, indéniables. Et c'est ce qu'II a fait.

Qui est-ce qui peut savoir si c'est précisément la religion catholique qui est la vraie religion ? Qui ? Mais tous peuvent le savoir. Il n'y a qu'à regarder. Le catholicisme, c'est comme St-Pierre de Rome. La longueur de St-Pierre, y compris les murs, est de 220 mètres. La largeur est de 150 mètres. La hauteur du dôme depuis le pavé jusqu'au sommet de la croix est de 140 mètres. Les tours de Notre-Dame de Paris, si on les transportait dans St-Pierre, ne s'élèveraient pas même à la hauteur oà commence la courbe de la coupole. Tel est le catholicisme comparé aux autres religions. Il les dépasse toutes. Il les éclipse. Il porte manifestement le caractère du divin. Dire que toutes les religions sont bonnes, c'est un blasphème, c'est une impiété qui outrage la souveraineté, la sagesse et la bonté de Dieu.
 

  TOUTES LES RELIGIONS
SONT BONNES

C'est un expédient pour se débarrasser de toute religion, et de la religion chrétienne en particulier.

Pour se débarrasser de toute religion. Si l'on était sincère en déclarant que toutes les religions sont bonnes, on devrait les respecter toutes et, au moins, en pratiquer une. Ce n'est pas ce qu'on fait.

On déclare que toutes les religions sont bonnes, c'est-à-dire facultatives, donc point obligatoires. Et l'on s'abstient. On déclare qu'il est indifférent d'entrer dans la cathédrale ou dans le temple, ou dans la synagogue, ou dans la mosquée. Et l'on reste à la porte. On déclare qu'on a de la religion dans son cœur, qu'on pense à Dieu et qu'on l'aime en regardant la terre et sa verdure, le ciel et les nuages, la mer et ses flots, mais qu'on n'a pas besoin pour aller à Dieu de passer par le prêtre et par le culte. Et l'on se tient à distance de toute religion positive et cultuelle.

En réalité, on vit sans religion. Eh bien ! je dirai ici toute ma pensée. à l'homme qui vit sans religion, je préfère l'homme qui professe une fausse religion ; je préfère l'Hindou qui adore Bouddha, le Persan qui adore Mithra, le païen qui adore Jupiter, l’égyptien qui rend un culte au crocodile et l'africain qui rend un culte au tigre et à l'éléphant blanc. à l'homme qui vit sans religion, je préfère le musulman qui fait le pèlerinage de la Mecque, et le Chinois qui suit les rites de Confucius. à l'homme qui vit sans religion, je préfère le pauvre sauvage qui se prosterne devant un tronc d'arbre. Tous ces égarés se trompent, sont absurdes. Mais, au moins, ils ne sont pas des impies, et ils restent des hommes. Ils ont une vague lueur, des dogmes faux, mais des dogmes ; une morale mêlée de vices, mais une morale ; un culte abominable, mais un culte. L'homme qui déclare que toutes les religions sont bonnes et qui n'en professe aucune se met en-dehors de l'humanité. Son orgueil est pire que l'idolâtrie. Il me scandalise davantage en ne priant pas qu'en priant mal, et j'aimerais mieux le voir adorer des faux dieux que de le voir s'adorer lui-même ! Toutes les religions sont bonnes. C'est un expédient pour se débarrasser de toute religion.

Et de la religion chrétienne en particulier. Si l'on était sincère en déclarant que toutes les religions sont bonnes, on devrait respecter le christianisme, qui est une religion au moins aussi respectable que les autres. Il n'en est rien. Sous prétexte d'amnistier tous les cultes, c'est le culte chrétien qu'on cherche à esquiver. Toutes les religions sont bonnes ? Oui, toutes, excepté le catholicisme. Des autres religions, on s'accommoderait assez facilement. Mais le catholicisme ! avec Voltaire on le déclare infâme... et on ne serait pas fâché de l'étouffer dans la boue, de le vouer au mépris et à l'exécration publique. Cette haine est un hommage involontaire rendu à sa divinité.
 

  TOUTES LES RELIGIONS
SONT BONNES

C'est un aveu. Que le catholicisme seul soit poursuivi avec acharnement, la chose n'est pas niable. Elle saute aux yeux.

On laisse bien tranquilles le protestantisme et le judaïsme, on les accable d'éloges même et de cajoleries.

Qu'un fonctionnaire soit juif ou protestant et qu'il aille au temple ou à la synagogue, on trouve cela légitime sinon parfait ; mais qu'un sous-préfet baptisé s'avise d'aller tous les dimanches à la messe de sa paroisse... on trouverait cela intolérable, et, au nom de la liberté, un tel scandale devrait cesser.

Un bon catholique voulut faire un jour l'expérience publique de cette intolérance à l'égard de sa religion. Il était à table d'hôte, et il dit tout haut au garçon :

« Y a-t-il du porc dans ce pâté ? »
 
« Mais oui, monsieur, du porc et du veau. »
 
« Alors, servez-moi à la place une côtelette de mouton. Je suis juif et ma religion me défend de manger du porc. »
 

Tout le monde écouta respectueusement, et personne n'eut la moindre idée de sourire. à la fin du dîner, le bon catholique se leva et dit d'une voix forte et accentuée :

« Messieurs, je ne suis pas juif, mais catholique pratiquant. Avouez que, si c’eût été un vendredi et que j'eusse demandé du maigre (sans viande), plusieurs auraient chuchoté et ri, traité mes désirs de ridicules, et plaisanté. On peut à volonté être juif, on ne peut pas être catholique. Toutes les religions sont respectées, sauf la vraie. C'est tout simplement idiot. Bonsoir, Messieurs. »
 

Il y a là une preuve de la divinité du catholicisme. Un proverbe arabe dit qu'on ne jette la pierre qu'aux arbres à fruits, ainsi en est-il du catholicisme. Les autres religions, on les tolère, on ne s'en occupe pas, on les dédaigne. Le catholicisme est la religion qui fait exception, la religion à part, unique. On l'exclut parce qu'on en a peur, parce qu'elle est le bien, parce qu'elle est vraie, parce qu'elle est la seule bonne ; on lui jette la pierre parce qu'elle est l'arbre que Dieu a planté et qui porte des fruits de vie.

Non, toutes les religions ne sont pas bonnes. Seule la religion catholique est bonne, bonne pour vivre, bonne pour mourir.

Un ouvrier libre-penseur, blessé gravement dans un accident, demande un prêtre.

« Comment, dit le prêtre, c'est vous qui m'appelez ? »
 
« Oui, c'est moi. Voyez-vous, l'impiété, si ce n'est pas même bon pour vivre, c'est surtout le diable pour mourir. »
 

Et, en 1869, M. Troplong, président du Sénat et premier président de la Cour de cassation, disait dans sa dernière maladie :

« Après avoir beaucoup lu, beaucoup étudié et beaucoup vécu, quand approche le moment de la mort, on reconnaît que la seule chose vraie et bonne, c'est la religion catholique. » ■

 

Extrait de :
« Les Objections con temporaines contre la religion catholique»,
de M. l'abbé Charles Gibier, curé de St-Paterne à Orléans en 1902,
et qui deviendra plus tard évêque de Versailles.
 

Texte tiré de la Revue
Unam Sanctam
 
Lien_menu_enseignements

 

- MENU DE LA RUBRIQUE "SOCIéTé ET RELIGION" -


bas_page1

www.revueenroute.jeminforme.org

Site produit par  "Les Amis de la Croix d'Amour".
Autorisation de diffuser ce document, avec mention de la source.