Découvrez les réels dangers spirituels qui se cachent dans la série Harry Potter.
En-tête 1 du site de la revue En Route. En-tête 2 du site de la revue En Route.
En-tête 3 du site de la revue En Route.
sommaire_general

 

Retour haut de page

 

Pour la version PDFde ce document,
cliquez sur l'icône. 
(recommandé pour imprimer ou partager par courriel)

Harry Potter:

phénomène d'une société malade.

Par Liliane Fleurian


PAGE    1   2   3


 

La série du jeune sorcier "Harry Potter" est devenue l'instrument d'une fulgurante conquête des coeurs. C'est à juste titre que certains parlent de "livre culte", ou de "film culte": par personnages interposés, ces aventures font vivre à de jeunes lecteurs une intense expérience intérieure. Ils ne sont généralement pas en mesure d'analyser objectivement cette expérience: elle n'en bouleverse pas moins leur perception d'eux-mêmes et du monde. Elle est d'ordre initiatique, ou à tout le moins pré-initiatique.

(...) Sans doute n'a-t-on jamais encore rien mis de plus dangereux, spirituellement parlant, entre les mains des jeunes. Ces romans exercent un attrait puissant sur les enfants. Ceux-ci trouvent naturel d'imiter Harry et ses jeunes condisciples de l'École des Sorciers, Poudlard. (...)

L'auteur des livres de Harry Potter,
Joanne K. Rowling

Née dans les environs de Bristol en Angleterre en 1965, Joanne K. Rowling vit actuellement à Edimbourg en Écosse.(...) Après des études de langues, surtout de français, dans les universités d'Exeter (Angleterre) et de Paris, elle a participé à un projet humanitaire en Afrique. Elle a ensuite travaillé pour Amnesty International à Londres. Elle a également occupé un poste de professeur d'anglais au Portugal. Là, elle a épousé un journaliste et donné naissance à une petite fille, Jessica.

Peu après un divorce qui l'a laissée seule avec sa fille, elle a connu le chômage et la précarité; elle a alors commencé à écrire.

Lors d'un voyage par le train en 1990, dit-elle, "Harry Potter a fait son entrée dans ma tête, déjà parfaitement formé et constitué." Cependant, elle n'a commencé à rédiger "Harry Potter à l'École des Sorciers" qu'en 1993. Le deuxième éditeur qui s'est vu proposé le manuscrit l'a accepté avec enthousiasme, et l'ouvrage a rapidement remporté un succès phénoménal.

Joanne Rowling envisagera d'écrire sept volumes sur les aventures du jeune sorcier, et de rendre les quatre derniers encore plus ténébreux que les premiers. "Il y aura des morts, affirma-t-elle. La seule manière de montrer à quel point il est mauvais de tuer, c'est de faire mourir un personnage que le lecteur aime." (...)

Ses ouvrages révèlent une connaissance affinée des arts "lucifériens" et de la littérature occulte, et notamment d'un ouvrage qui a cinq siècles d'existence: "Les Noces Alchimiques", de Christian Rosenkreutz. C'est sur ce livre que sont fondés les rites d'initiation au rosicrucianisme (Rose-Croix).

J. K. Rowling lui a emprunté la topographie de Poudlard (le château prestigieux entouré d'un grand lac), l'épisode des portraits qui s'animent, la bête redoutable et fabuleuse que Rosenkreutz appelle Griffon, et qu'elle appelle
Hippogriffe; la fameuse pierre philosophale, l'esprit frappeur et farceur qu'elle renomme "Peeves", et le puissant phénix qui sauve Harry par miracle à la fin de "La Chambre des Secrets".

D'autre part, la manière symbolique dont l'auteur emploie les couleurs est rigoureusement conforme aux enseignements classiques de l'occultisme dans ce domaine.

Ce n'est pas non plus un hasard si Joanne Rowling se dit particulièrement attachée à la fête de l'Halloween, qui n'est autre que le nouvel an des occultistes, et le principal sabbat des satanistes.

Qui est Harry Potter?

Ce petit orphelin a été élevé à la dure par les Dursley, un oncle et une tante "Moldus" (c'est-à-dire: non-magiciens). Eux et leur affreux rejeton sont stupides, poltrons, méchants, et physiquement répugnants; ils n'ont jamais cessé d'humilier le pauvre Harry. D'autre part, ils lui ont menti sur ses origines, lui faisant croire que ses parents étaient de vulgaires "Moldus", morts dans un accident de voiture.

En fait, ses parents, James et Lily Potter, étaient l'un et l'autre des sorciers illustres. Ils ont été assassinés par un confrère, le puissant tueur Lord Voldemort. Tout bébé, Harry a survécu à l'assaut de Voldemort ; il lui reste de cet épisode une cicatrice, une marque violette en forme de foudre sur le front.

Quoique son oncle et sa tante aient tout fait pour soustraire Harry au monde de la magie, au point de le séquestrer sur une île, les sorciers envoient l'un des leurs, le géant Rubeus Hagrid, pour l'enlever à cette vie de misère le jour de ses onze ans.

Hagrid révèle à Harry son identité véritable. Désormais, Harry sait qui il est: il a hérité de ses parents d'authentiques pouvoirs, et il était, à son insu, déjà célèbre dans le monde de la sorcellerie. N'avait-il pas su résister, à l'âge d'un an à peine, à l'assaut du cruel Voldemort? Les plus grands ouvrages de magie parlent de lui, et il ne le sait pas !

A présent, il va quitter le monde méprisable des "non-magiciens" (moldus) pour se retrouver enfin parmi les siens, parmi les adeptes des arts magiques, et il pourra commencer sa formation à l'Ecole des Sorciers de Poudlard.

Chacun des volumes de la série correspond à une année scolaire passée dans cette célèbre institution.

L'école de sorcellerie Poudlard

Cet établissement prestigieux a un millénaire d'existence: c'est une véritable ville fortifiée au milieu d'un grand lac. De Poudlard sont sortis les plus illustres adeptes de la magie et de la sorcellerie!

A l'image des meilleures écoles privées anglaises (les "public schools"), cette institution se compose de quatre "maisons", ou unités d'internat(1): chez les Gryffondor, les Serdaigle, et les Poufsouffle, on enseigne la magie dite blanche (celle qui passe pour être au service du "bien", et des causes "nobles"). La Maison des Serpentards se consacre à la magie noire, qui est au service du mal; mais le Directeur de Poudlard, Albus Dumbledore, est le meilleur sorcier de la planète. Il est là pour veiller à ce que la magie noire ne l'emporte pas sur la magie blanche...

La série "Harry Potter" repose sur l'axiome suivant : quitter le monde des non-magiciens pour n'être plus chez soi que parmi les magiciens et les sorciers, c'est trouver la délivrance, la vraie vie et le salut; démarche anti-biblique si jamais il en fut! La Pâque salvatrice, pour les Israélites, a consisté en une sortie du pays de l'esclavage et des magiciens.

D'emblée, on flaire le danger: à Poudlard, aucune faiblesse n'a droit de cité. Le blason de l'établissement comporte une devise en latin, signifiant: "II ne faut jamais chatouiller le dragon qui dort." Mais Harry ne connaît pas d'échec. Poudlard pourrait aussi bien prendre pour devise cette phrase de la "Bible de Satan" d'Anton La Vey: "Heureux les forts, car ils possèderont la terre. Maudits sont les faibles, car ils hériteront du joug. Heureux les puissants, car les hommes les respecteront. Maudits sont les chétifs, car leur nom sera anéanti..." (Bible de Satan, p. 34, édition américaine).

Les élèves de Poudlard s'envoient réciproquement des menaces: "Si tu fais ça, je vais t'envoyer telle malédiction... " Inutile d'en dire plus sur l'atmosphère "spirituelle" de la maison!

Cependant, Harry est si attachant qu'il semble constamment être l'innocence personnifiée, le champion du Bien en toutes choses. Le monde de la magie est constamment identifié à la vraie vie et au Bien; le monde des "Moldus" est identifié à tout ce qui est terne, vil, et repoussant (...)

Ces romans contiennent des descriptions authentiques de phénomènes, de pratiques et de doctrines occultes.

 

suite (page 2) 

___________________


(1) Maintenant, de nombreux collèges dans le monde imitent cette méthode et ont rebaptisé leurs groupes d'élèves de ces noms tirés des romans de Harry Potter. [NDLR]


PAGE    1   2   3 


 Lien_menu_enseignements

- MENU DE LA RUBRIQUE "SOCIÉTÉ ET RELIGION" -




www.revueenroute.jeminforme.org

Site produit par la revue "En Route".
Autorisation de diffuser ce document, avec mention de la source.  

 

Retour haut de page